BREHON Jean, UNIVERSITE ARTOIS - Equipe SHERPAS, ULR 7369 – URePSSS

JUSKOWIAK Hugo, UNIVERSITE ARTOIS - Equipe SHERPAS, ULR 7369 – URePSSS

SALLÉ Loïc, UNIVERSITE DE LILLE - Equipe SHERPAS, ULR 7369 – URePSSS

HIDRI-NEYS Oumaya, UNIVERSITE ARTOIS - Equipe SHERPAS, ULR 7369 – URePSSS

Titre : La lumière, l'ombre et l'oubli ? Des professionnel.le.s sur sièges éjectables : les entraîneur.e.s de football en France et en Europe

Mots clés : groupe professionnel ; entraîneur.e.s de football ; emploi ; travail ; vulnérabilités

Résumé : En 1997, l’UEFA (Union des Associations Européennes de Football) élabore une convention portant sur « la reconnaissance mutuelle des qualifications des entraîneurs ». Au-delà des dispositions relatives à la formation et la protection, ce texte, conformément à la législation européenne, pose les bases de la libre circulation des entraîneur.e.s qualifié.e.s en Europe en même temps qu'il (re)dessine les contours d'un groupe professionnel d'élite spécifique (formations, structuration du marché, hypermédiatisation, échelle de rémunérations notamment) et exerçant dans un univers pour le moins incertain (Schotté, 2014). Marqué par un processus historique de professionnalisation du métier (Grün, 2016), le groupe des entraîneur.e.s est aujourd'hui pour le moins hétérogène: par les profils rencontrés, les segments professionnels identifiés, les activités de labeur exercées et les stratégies mises en place par les technicien.ne.s pour entrer, exercer et durer dans la carrière (Bréhon, Juskowiak et Sallé, 2018-2019; Bréhon, Juskowiak et Hidri-Neys 2018-2020). S'ils sont, pour la saison 2019-2020, 1140 entraineurs principaux et 55 sélectionneurs actifs au sein des clubs professionnels (niveaux 1 et 2) et des fédérations en Europe, quelles places occupées par les neuf mille autres (n=9242), pour quelles conditions de travail et quels risques socio-professionnels éprouvés? L'analyse prosopographique (Lemercier, Picard, 2011) et sociologique menée montre, d'emblée, des sous-catégories plus vulnérables que d'autres au sein de cette configuration professionnelle sportive. Qui sont les inactif.ve.s et déclassé.e.s, quelles ressources (individuelles et collectives) sont mises en place (pour protéger et reconnaître, Paugam, 2006) pour quelles conséquences ? A partir d'une étude statistique européenne, de la recomposition historique d’une biographie collective de groupe, d'une enquête de terrain menée au sein des structures de formation et des clubs professionnels français et de l'analyse de 55 entretiens réalisés auprès de technicien.ne.s professionnel.le.s, il s'agit ici de qualifier les formes de vulnérabilité (Brodiez-Dolino, 2016) de l'emploi et du travail rencontrées (discriminations à l’emploi, migrations professionnelles subies, usure au travail, dévalorisation, chômage etc.) et de questionner les protections et menaces pesant sur l’organisation et le fonctionnement du groupe professionnel dans son ensemble (Champy, 2011).