DÉCOSSE Frédéric, CNRS - UMR 7317 LEST Laboratoire d'Economie Sociologie du Travail

HELLIO Emmanuelle, Université Nationale Autonome du Mexique - Instituto de Investigaciones Sociales

MÉSINI Béatrice, CNRS - UMR 7303 TELEMMe Temps, Espaces, Langage, Europe Méridionale Méditerranée

Titre : En “mission” dans l’agriculture européenne, les vulnérabilités systémiques des saisonnier.es étranger.es détaché.es et cantonnés en Provence pendant la pandémie

Mots clés : pandémie ; saisonniers étrangers ; agriculture méditerranéenne ; vulnérabilités ; discriminations

Résumé : En contexte de pandémie et de fermeture de frontière, le recours aux étranger.es en contrats saisonniers (OFII) et contrats de mission (ETT) donne à voir les variations et les invariants dans les pays « utilisateurs » de la mise à disposition : France, Belgique, Grande-Bretagne, Allemagne, Autriche, Espagne, Italie, Portugal, Suisse, Canada... Entre mars et juin 2020, la presse locale, nationale et internationale s’est largement fait l’écho des négociations et arbitrages entre tous les acteurs des filières agricole et alimentaire dès la fermeture des frontières. Le récolement de tous les articles traitant des saisonniers sur le marché du travail agricole nous a permis de constituer un corpus de plus de 1 000 articles qui détaille les dynamiques d’un secteur agricole galvanisé, pour éviter toute rupture de production et distribution de produits agricoles.  Résolument interdisciplinaire du micro au macro (sociologie, géographie, droit), l’enquête conduite dans les lieux d’hébergement en Crau et en Camargue interroge la réglementation sanitaire édictée par les pouvoirs publics et met au jour un redoublement des vulnérabilités, en contexte de crise sanitaire et économique. Dans cet « univers concentrationnaire de la saison » (Duntze, 2008), marqué par une relation de domination et un rapport de pouvoir inégal (Omizzolo et al., 2019), nous étudierons les vulnérabilités personnelles et professionnelles. En dépit des mesures de protection sanitaire des travailleurs édictées par les pouvoirs publics, plusieurs clusters dans les secteurs du maraîchage, arboriculture et viticulture des Bouches-du-Rhône se sont déclarés dès le mois de mai dans les lieux d’hébergement de travailleurs détachés mis à disposition des agriculteurs provençaux par des entreprises de travail temporaire espagnoles.  Les témoignages collectés dans les mas et campings provençaux au printemps et à l’été 2020 détaillent les risques liés à la densité des déplacements, la proximité dans les lieux de travail, la promiscuité dans les lieux de cantonnement, les aléas dans l’accès au travail et la privation de ressources. D’un point de vue juridique, la vulnérabilité est caractérisée ici par la connaissance qu’ont les prestataires et des entreprises utilisatrices de la précarité des mains d’œuvre acheminées, au croisement des crises sanitaire et socio-économique. Les conditions dégradées de vie et de travail qui caractérisent l’emploi saisonnier des étranger.es mis à disposition dans l’enclave intensive du Sud-Est de la France ont été exacerbées par la pandémie du coronavirus, invalidant la « protection des droits » des travailleurs.se.s dans les pays d’accueil et de mise à disposition, contrepartie de la « libre prestation de service » garantie par les directives européennes transposées.