MOLINA Yvette, Centre de Recherche d’ASKORIA & Centre Maurice Halbwachs (CNRS-EHESS- ENS)

Titre : Vulnérabilisation des groupes professionnels du travail social. Chronique d’une “désegmentation” annoncée

Mots clés :

Résumé : L’analyse produite pour cette communication prendra appui à la fois sur une recherche doctorale (Molina 2016), puis d’autres recherches conduites dans la suite (Bonnami et al 2020 ; Janson et al 2019 ; Molina et Sorin 2019). La recherche doctorale initiale complétée par de nouvelles pistes d’investigation dans le domaine, nous permet de venir alimenter la pertinence d’une analyse centrée sur un processus de vulnérabilisation dans le champ professionnel du travail social.La thèse centrale que nous défendons repose sur l’idée selon laquelle les nouvelles organisations managériales et gestionnaires (Boussard 2013 ; Demazière 2013 ; Bezes 2012 ; Benedetto- Meyer 2011 ; Bezes et Demazière 2011), ainsi que les politiques d’action publique introduites dans le secteur social et médico-social depuis les années 1980, produisent un processus de « désegmentation » des groupes professionnels au long cours.Ce processus constitue un analyseur des recompositions professionnelles à l’oeuvre touchant tant les pratiques professionnelles que le système de formation. Il révèle une forme de vulnérabilisation des groupes professionnels au prisme de leur monopole à intervenir dans des segments qui leur étaient jusqu’alors réservés.En effet, le secteur social et médico-social est composé d’une pluralité de métiers et de groupes professionnels, de niveaux de qualification et de diplômes ainsi que de secteurs d’intervention hétérogènes (handicap, insertion, protection de l’enfance, dépendance, immigration, sans abrisme, etc.), d’employeurs tout autant diversifiés (fonction publique territoriale, hospitalière, d’Etat ou secteur privé à but non lucratif du monde associatif, secteur lucratif endéveloppement, etc.) (Borgetto et Chauvière 2008). Dans ce paysage composite et dans un lignage historique de monopole professionnel, des missions jusqu’alors confiées à certains groupes professionnels exclusivement, se voient confiées à d’autres catégories. On observe une logique substitutive liée à des facteurs de nature plurielle (marché de l’emploi, formation, coût salarial, évolution technologique, etc.).Les résultats présentés à travers cette contribution seront issus d’un matériau essentiellement qualitatif recueilli par la méthode des entretiens biographiques ou semi directifs, ainsi que l’analyse d’un corpus de textes d’orientation de l’action publique relative au travail social. Elle prendra en compte les différentes recherches mentionnées plus haut dans une analyse mettant en perspective les évolutions des métiers du travail social et de leur probable vulnérabilisation par un affaiblissement de leur reconnaissance identitaire singulière.

Bibliographie indicative :

Benedetto-Meyer Marie, Maugeri Salvatore, Metzger Jean Luc (dir.), (2011), L’emprise de la gestion. La société au risque des violences gestionnaires, Paris, L’harmattancoll. Logiques Sociales, Série Sociologie de la gestion.

Bezes Philippe (2012), « Etat, experts et savoirs néo-managériaux. Les producteurs et diffuseurs du New Public Management en France depuis les années 1970 », Actes de la recherche en sciences sociales, n°193, p. 16-37.

Bezes Philippe et Demazières Didier (dir.), (2011), « New Public Management et professions dans l’Etat : au-delà des oppositions, quelles recompositions ? », Sociologie du travail, n°53.

Bonnami Alain, Carignan Louise, Lyet Philippe, Milon Marie Pascale, Molina Yvette, Ward John (2020), Réformes des formations du secteur social et socialisation professionnelle, consultable sur https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02496694/ GRIF UQAC

Borgetto Michel, Chauviere Michel (dir.), (2008), Qui gouverne le social, Paris, Dalloz-Sirey, collection Thèmes et commentaires.

Boussard Valérie (2013), « Travail d’organisation gestionnaire des cadres et mutation des entreprises publiques », La nouvelle revue du travail, [En ligne], 2 I 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, URL : http://nrt.revues.org/845

Demazière Didier, Lessard Claude, Morrissette Joëlle (2013), Introduction au dossier « Les effets de la Nouvelle Gestion Publique sur le travail des professionnels : transpositions, variations, ambivalences », Education et sociétés, 2013/2 n°32, p. 5-20 ;

Janson Valérie, Molina Yvette, Sorin François (2019), « Prévenir les risques de violences, de harcèlements et de radicalisations par la médiation et la médiation numérique », rapport de recherche, non publié, CNAF

Molina Yvette (2016), « Les travailleurs sociaux des groupes professionnels en transformation » Etudes et Documents, 2- 2016, n° 7, Centre Maurice Halbwachs, 17 p.

Molina Yvette et Sorin François (2019), « Les usages numériques dans l’accompagnement social et éducatif », consultable sur https://www.crts-bretagne.fr/index.php/travaux-du-crts-de-bretagne , CRTS de Bretagne