RAFELIS DE BROVES Olivier, Université du Québec à Montréal - GIREPS

Titre : Le coopérativisme de plateforme : la propriété collective des plateformes comme solution contre la vulnérabilité des travailleur-ses des applis ?

Mots clés : coopératisme ; plateformes numériques ; vulnérabilité de l'emploi ; propriété collective

Résumé : Nous proposons pour cette communication de porter un regard sociologique sur le coopérativisme de plateforme, un mouvement qui vise la réappropriation de l'économie de plateforme numérique par des coopératives.  Selon le chercheur Trebor Scholz, les entreprises de plateforme auraient réalisé un hold-up sémantique en construisant le narratif de l'économie du partage ou de l'économie collaborative (Scholz, 2013). Ainsi, le solutionnisme technologique, associé au mythe de l'auto-entrepreneur, dépolitise les enjeux liés à la vulnérabilité au travail.   Les travaux documentant le rapport au travail associé à cette nouvelle forme du capitalisme abondent (Casilli, 2019; Jamil & Noiseux, 2018; Méda & Abdelnour, 2019; Scholz, 2013). Ils décrivent la vulnérabilisation des travailleur-ses des applications : morcellement du travail en micro-tâches, incertitudes liées à la rémunération, difficulté d'accès aux protections sociales (Srnicek, 2018).  Dans ce contexte a émergé le mouvement du coopérativisme de plateforme (Scholz, 2016, 2017; Scholz & Schneider, 2016). Les plateformes coopératives entendent présenter une alternative aux plateformes capitalistes. Le regain d'intérêt du coopératisme peut ainsi s'expliquer par cette dégradation du travail (ses conditions, son statut, sa valeur) et par la réhabilitation de la notion du commun, notamment dans l'économie numérique. Cependant, comme le notait Marx, l'insertion des coopératives sur le marché et leur soumission aux lois de la concurrence et du profit ne les contraignent-elles pas de "reproduire dans leur organisation réelle tous les défauts du système existant" (cité par Godelier, 2002)?  Nous proposons dans cette communication de présenter les résultats d'une étude empirique en cours, documentant le rapport social de travail dans des coopératives de plateforme en Europe. À travers l'étude du cas de CoopCycle, proposant des services de livraison, nous entendons combler des lacunes quant aux données primaires disponibles relatives à ces expérimentations.   Ce cas d'application concret nous permettra de mieux saisir les enjeux de vulnérabilité de l'emploi à l'oeuvre dans ce secteur. Il nous permettra de dégager les potentialités offerte par la propriété collective pour y faire face. Nous présenterons en synthèse parmi les données qualitatives recueillies (entretiens, documentation) celles qualifiant des innovations sociales émancipatoires et les limites de ces expérimentations. Nous ouvrirons des réflexions sur les freins de nature structurelle et réglementaires au développement de ces coopératives, ainsi des pistes pour les lever.