SNAPE Marine, Ecole des Hautes Eudes en Sciences Sociales - Centre Maurice Halbwachs (ENS/EHESS)

Titre : Jobbers et heureux de l’être : décalage entre la vulnérabilité de l’emploi et les perceptions subjectives du travail en plateforme

Mots clés : micro-entrepreneur ; parcours professionnels ; plateformes ; rapports au travail ; vulnérabilité de l’emploi

Résumé : Les recherches sur les travailleurs des plateformes ont révélées la vulnérabilité liée à ces activités : manque de protection sociale (Montel, 2017), rémunérations accessoires (Beauvisage et al, 2017),  sujétion renouvelée des travailleurs (Abdelnour, Méda, 2019) régulièrement placés dans une situation d’auto-emploi contraint. Dès lors, on aurait pu s’attendre à ce que cette vulnérabilité soit soulignée par les acteurs du collaboratif eux-mêmes. Pourtant dans le cadre d’une enquête ethnographique menée sur les plateformes de jobbing depuis 2019, ces micro-entrepreneurs donnent à voir une vision particulièrement enchantée de leur activité. Ces plateformes cherchent à mettre en relation des particuliers qui voudraient faire réaliser quelque chose (une tâche) et des individus qui s’engagent à répondre à cette demande contre rémunération. Malgré la diversité des profils et des tâches proposées - bricolage, ménage, informatique, ou encore garde d’animaux- le point commun des entretiens (n = 30) est la mise en avant de leur satisfaction  en dépit des conditions d’emplois liées à la micro-entreprise. Cette communication cherchera donc à analyser le décalage entre la vulnérabilité de l’emploi liée au travail en plateforme et les perceptions subjectives des jobbers sur leur activité à partir d’entretiens biographiques. Après une rapide présentation des plateformes de jobbing et du cadre de l’activité qu’elle prévoit pour les jobbers, nous présenterons le discours partagé par les acteurs autour de cette activité (1). En revenant sur leur situation actuelle, nous montrerons comment le caractère complémentaire et transitoire de l’activité rend possible son exercice au quotidien (2). Nous verrons que la vulnérabilité de l’emploi n’est pas conçu de la même manière selon les caractéristiques sociales, les trajectoires professionnelles passées et l’activité principale exercée des individus. Plus encore nous montrerons en quoi, même dans la catégorie à priori la plus vulnérable (des enquêtés ayant connu un épisode de vie difficile et cumulant le jobbing au chômage ou aux minimas sociaux), le travail en plateforme est vécu comme une alternative désirable à la vulnérabilité du travail connue auparavant dans le salariat (3).

Bibliographie indicative :

Abdelnour Sarah et Méda Dominique (dir.), 2019. Les nouveaux travailleurs des applis. Paris: Presses Universitaires de France.

Amar, Nicolas et Louis-Charles Viossat, 2016. Les plateformes collaboratives, l’emploi et la protection sociale, Rapport de l’IGAS.

Beauvisage, Thomas et al. 2018. "Numérique et travail à-côté. Enquête exploratoire sur les travailleurs de l’économie collaborative." Sociologie du travail.  

Montel, Olivia. 2017. L’économie des plateformes, enjeux pour la croissance, le travail, l’emploi et les politiques publiques. Rapport de la DARES.