Yves SCHWARTZ

CONFÉRENCE PLÉNIÈRE PRÉSENTÉE PAR YVES SCHWARTZ

Yves Schwartz est professeur émérite de philosophie à Aix-Marseille Université, au sein de la Faculté des Arts, Lettres, Langues et Sciences Humaines où il y a fait la totalité de sa carrière universitaire, commencée en 1968 comme assistant à la Faculté des Lettres dans l’équipe de recherche du professeur Gilles-Gaston Granger (Épistémologie comparative). Enseignant en Histoire de la philosophie et de l’Épistémologie, il a également suivi 3 années d’enseignement de Chimie-Biologie (à l’époque DEUG B) à la Faculté des Sciences de St Charles à Marseille de 1969 à 1972).

Devenu maître-assistant en 1972, maître de conférences en 1985 et enfin professeur en 1988, il a tout au long de son parcours eu diverses activités militantes et occupé différentes fonctions d’enseignement et d’organisation de Formation Continue au sein de l’Université, en lien avec des entreprises. En 1983, il a créé un enseignement original sur le travail, source de ce qui deviendra douze ans plus tard l’ergologie, d’abord sous la forme de stages de formation continue, intitulés « Qualification professionnelle, savoir-faire, mutations technologiques ». En 1993, il a été élu membre senior de l'Institut Universitaire de France. Il devient un des grands philosophes français qui est progressivement passé de l'histoire des sciences et de l'histoire des techniques dans l'industrie aux questions philosophiques posées par le travail, et plus généralement par l'activité humaine. Son travail consiste à approfondir la connaissance de l'agir industrieux en y associant les protagonistes de cette activité. Dans le champ des « ergo-disciplines », la démarche ergologique se distingue notamment par le rôle central qu'y joue la conceptualité canguilhémienne, et par les implications épistémologiques de celle-ci.  Avec Dominique Méda et le psychiatre Patrick Légeron, Yves Schwartz est chargé de l'analyse des résultats de la grande enquête « Quel travail voulons-nous ? » lancée par Radio France en 2011. Le 9 octobre 2017, il est élu membre correspondant de l'Académie des sciences morales et politiques à la place n°7 de la section I (philosophie), succédant à François Dagognet.

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Ouvrages 

  • Reconnaissances du travail. Pour une approche ergologique. Presses Universitaires de France, 1998.
  • Le Paradigme Ergologique ou un métier de philosophe, Octarès Editions, 2000.
  • Expérience et Connaissance du Travail, Les Editions sociales, 2012 [1ère éd. 1988].

Articles

  • "La Formation Professionnelle : l'affaire de qui ?" Société Française, n° 9 et n° 10, 1983, (10 p).
  • Regards nouveaux sur le travail. / in Les cahiers de l'IRETEP, n° 9 (1er trimestre 1991)
  • Reconnaître les acquis et valider les compétences, in Education permanente, n° 133 (1997-4)
  • « Dynamique des savoirs, dynamique des changements, (2009)
  • « Formation : la réinventer » ; in Personnel, n° 449 (mai 2004)
  • « Connaître et étudier le travail » [archive], Le Philosophoire, 2010/2 (n° 34), p.71-78
  • Conceptions de la formation professionnelle et double anticipation, in Education permanente, n° 197 , (décembre 2013)
  • L’agir évaluatif entre ses deux pôles , in Education permanente, n° 220-221, (septembre-décembre 2019)